Échanger sur l’enfance au ministère de Madagascar


Échanger sur l’enfance au ministère de Madagascar

Grande innovation, je vous présente aujourd’hui deux journées de notre mission coopérative à Madagascar. Un deux pour un. Je m’engage dans ce défi à pieds joints. Allons voir où ça nous mènera ! Je suis sceptique quant à mes chances de succès…

Commençons par le 9 juin. J’aime cette journée, elle représente bien le projet dans son ensemble.

La journée a débutée par le retour de Louis et Théo, nos accompagnateurs /chauffeurs/amis hors du commun. Destination : les locaux du gouvernement de Madagascar.

J’en profite pour faire un petit détour par le centre-ville avec Louis afin de pallier à ma déficience électronique. Un de mes deux disques durs déborde déjà et je dois absolument avoir un deuxième backup, au cas où l’impossible arriverait à mes images (#prepareToiMieuxLanProchainLaFille #angoisseDePhotographe).

Je rejoins finalement les 12 éducatrices québécoises au gouvernement. Elles s’installent tranquillement le matériel en vue de la formation qu’elles donneront aujourd’hui à une soixantaine de directrices/directeurs des centres d’accueil du pays ainsi qu’à plusieurs intervenants dans le domaine de l’éducation et de la pédagogie préscolaires. Sans oublier Mme ANDRIAMAMPIANINA Rahelimalala Faranirina (Mme Fara), du Ministère de la Protection Sociale et de la Promotion de la Femme et de Mme Volaharimananana Andriambelotinana (Mme Vola) du Ministère de l’Éducation Nationale qui présideront la rencontre. Rien de bien stressant pour les filles…la routine habituelle en somme.

Alors ça va comme suit : la formation s’est déroulée en deux temps. En avant-midi, les organisatrices du projet ont rappelé aux gens présents qu’elles étaient là avant tout dans une optique de coopération internationale et non de voyage humanitaire. Elles incitaient donc les représentants(es) des différents centres à se prononcer sur leurs défis et solutions face à leurs quotidiens afin de combiner leurs expertises.

Après un moment d’adaptation, et plusieurs chansons de groupes en français et en malagache, l’atmosphère était à point pour un échange vivant et interactif.

Voici quelques-unes de leurs attentes :

  • Enrichir leurs compétences en petite enfance et améliorer la qualité des services des centres d’accueil;
  • Échanger leurs expériences avec les autres centres d’accueil;
  • Développer des idées d’activités pour améliorer la prise en charge des enfants;
  • Développer des techniques spécialisées d’éducation et de stimulation de la petite enfance;
  • Échanger leurs expériences en matière de stratégie d’animation;
  • Rechercher du réconfort face aux difficultés engendrées dans le quotidien.

Par le biais d’une formation interactive des organisatrices, la salle a donc mis en lumière les besoins des enfants du préscolaire en se basant à la hiérarchie des besoins de Maslow :

  1. Sécurité, stabilité, respect et amour;
  2. Rire, jouer, avoir du plaisir;
  3. Explorer, relever des défis, comprendre, manipuler.

Pour appuyer ces trois piliers universels, les 12 éducatrices ont présenté en après-midi (après un repas digne des rois, offert par nos hôtes) quatre différents ateliers sur les thèmes suivants :

  • Comment remplir une fiche de planification pour les activités au préscolaire;
  • Comment créer des objets de stimulation avec les ressources du milieu pour les touts petits et les enfants de 3 à 5 ans;
  • Les principes d’hygiènes (lavage des mains et brossage des dents) en lien avec la campagne de promotion en cours à Madagascar.;

Mme Vola, du ministère de l’Éducation nationale, a d’ailleurs pris le temps de présenter et de distribuer à tous le nouveau dépliant imagé sur les phases de développement de l’enfant. Étant présente pour la première fois au sein d’une des réunions trimensuelles des représentants des centres d’accueil, le moment était parfait pour aider ces derniers à mieux comprendre l’évolution de leurs petits.

Bref, les astres étaient alignés !

Comment conclure un échange aussi fertile sur une note mémorable ? Gabrielle, qui a pris le temps de traduire un conte touchant sur les rêves et l’enfance, a trouvé la formule. Patiemment, elle a récité son texte en malagache devant une salle attentive et enthousiaste. Les étoiles dans leurs regards valaient un million de remerciements. Les étoiles dans ses yeux à elle aussi….

Nous avons ensuite dit au revoir (à l’an prochain !!) et repris la route de notre maison.

Les filles étaient épuisées, mais débordantes d’une énergie nouvelle à ce mi-parcours de l’aventure. Aujourd’hui, elles se sont senties professionnelles jusqu’au bout des ongles. Elles ont participé au changement. Elles ont entamé leur transformation. Elles ne sont plus seulement éducatrice, elle sont maintenant en mesure de partager leur expertise.

Bon, j’ai dit que je devais couvrir deux journées au début de cet article. Fidèle a ma parole, je vous présente donc les images de la dernière journée au centre d’accueil Sandratra, le 8 juin 2016. Je n’ai pas beaucoup d’espace pour vous relater cette journée, mais je tenais à vous présenter les images! En trois jours, de puissants liens se sont formés entre les éducatrices et les enfants et les éducatrices et les nounous. C’est avec mélancolie qu’ils se sont dits à la semaine prochaine.

Car oui, nous reviendrons à la fin du périple, afin de participer à une belle fête de départ. Nous avons déjà hâte de les revoir !

Mais la découverte du pays et d’un nouveau centre d’accueil nous attendent !

Et vous partez avec nous !